Structure, matière, lumière : grand millésime au Château Lynch-Bages

Norman Foster au château Margaux, Christian de Portzamparc à Cheval blanc, Jean Nouvel à La Dominique… L’architecture contemporaine a le vent en poupe dans le Bordelais. Dans le hameau de Bages, sur la commune de Pauillac, ce sont Pei Partnership Architects et BPM Architectes qui propulsent le château Lynch-Bages dans le XXIe siècle.

Que la lumière soit ! Elle entre à flots dans le nouvel outil de vinification de Lynch-Bages, à Pauillac. Les volumes sont simples, les lignes architecturales sont claires, bien qu’elles soient sans concession sur la modernité. Que l’on vienne du nord ou du sud, de longs murs rideaux permettent d’observer le mouvement des bureaux, l’envolée des escaliers et les alignements de cuves de fermentation du raisin. Les espaces intérieurs sont inondés d’une lumière naturelle que l’on croyait interdite par la fabrication du précieux nectar et le poids de la tradition. Bienvenue au Château Lynch-Bages, Grand Cru classé 1855 du Médoc !

Ce mariage inattendu de la transparence et du savoir-faire ancestral de la vinification est aussi celui d’une agence new-yorkaise et d’un atelier d’architecture bordelais, réunis par Jean-Charles Cazes, directeur du domaine familial. D’un côté : un ami de longue date, Chieng Chung Pei, cofondateur de Pei Partnership Architects et fils de Ieoh Ming Pei, le concepteur de la pyramide du Louvre. De l’autre : un professionnel de confiance (21 ans de collaboration avec la famille Cazes), expert en chais et cuveries, en la personne d’Arnaud Boulain, cofondateur de BPM Architectes. « Mon travail en tant qu’architecte était d’imaginer un bâtiment qui réponde aux besoins de l’équipe technique du vignoble tout en créant une nouvelle image, plus moderne, de la propriété », explique Chieng Chung (Didi) Pei. Un pari audacieux qui choisit d’ouvrir les espaces à la lumière du jour. « Dès les années 2000, on observait un changement radical de l’état d’esprit sur Bordeaux. Il était devenu possible de traverser les propriétés et les outils de process, sans que cela suscite la crainte d’être copié. La modernité a également apporté des cuves isolées parfaitement maîtrisées en température, ajoute Arnaud Boulain. Dans un cuvier, le jus de raisin n’est jamais exposé à la lumière. En revanche, la lumière naturelle peut offrir un véritable confort de travail aux utilisateurs. »Didi Pei renchérit : « Nous voulions faire entrer la lumière dans les espaces de travail et en particulier dans la cuverie. […] Lorsque les équipes du chai se sentent bien dans leur environnement, cela se ressent à tous les niveaux, tout devient meilleur ! ».

L’architecture doit se mettre au service de l’outil

De fait, les 80 cuves de fermentation de vin rouge sont placées sous une immense toiture à sheds de 78 x 41 m. Construite par SMB Constructions Métalliques pour la charpente et SOPREMA Entreprises pour la couverture, celle-ci se compose de 52 poutres treillis tridimensionnelles de 20,50 m de portée, levées et liaisonnées entre elles en l’espace de trois semaines. Ses assemblages boulonnés sont rendus presque invisibles au moyen de quelque 8 500 bouchons métalliques, selon un procédé développé par l’entreprise. « L’ensemble de la charpente est thermolaqué pour répondre aux exigences du label vert et préserver la vinification d’émanations potentiellement préjudiciables à sa qualité », précise Baptiste Gueganton, responsable de l’agence Sud-Ouest de SMB.

Autre particularité de la cuverie : six cuves élévatrices, disposées au centre de l’espace, permettent un travail exclusivement gravitaire, c’est-à-dire sans pompage des liquides. Elles peuvent acheminer 110 hl chacune, sur trois niveaux : la plateforme haute des cuves de fermentation (où l’on déverse le raisin), le rez-de-chaussée (niveau bas des cuves) et le chai à barriques, logé en souterrain. Pour Arnaud Boulain, « l’architecture doit se mettre au service de l’outil. Les dégustateurs professionnels ont noté une précision magique des produits lorsque nous avons mis en œuvre les premiers élévateurs de cuve au château Cos d’Estournel. C’est une somme multiple de détails, de modernité du process, qui font la supériorité de certains vins. »

Conçu pour accueillir deux récoltes simultanément, le chai à barriques est un autre espace remarquable du projet. Cette fois-ci, ce sont les éclairages LED, soigneusement positionnés à l’axe ou dans les anfractuosités de la construction, qui gouvernent les ambiances. La lumière naturelle a également sa place grâce au puits de jour central.Le bois de chêne des barriques s’accorde avec le béton brut des murs, l’inox des habillages de poutraison et l’inox des voûtes en maille tressée, dans le plénum desquelles les réseaux techniques sont dissimulés. L’inertie thermique naturelle de ce chai de grande capacité, – conçu pour accueillir deux hauteurs de barriques –, est épaulée par une climatisation, afin d’offrir au vin des conditions optimales d’élevage.

La lumière naturelle offre un véritable confort de travail aux utilisateurs.

Impossibles à manquer, les deux escaliers monumentaux, typiques du travail de Pei Partnership Architects, se déploient dans des cylindres de verre, dont la structure en tubes d’acier, courbes ou rectilignes, a été réalisée par l’entreprise SMB Constructions Métalliques. Cette dernière a également mis en œuvre de nombreux ouvrages de charpente métallique dans le chai de blancs et dans le hall de réception des vendanges, pour lequel il a fallu construire une ossature en acier capable de supporter l’impressionnante porte coulissante de 5 x 15 m. Outre l’étanchéité des toitures-terrasses et la pose de quelque 4 000 m2 de cassettes Alucobond dans les espaces intérieurs, SOPREMA Entreprises s’est chargée de l’exécution de la belle façade diaphane à l’angle sud-ouest du bâtiment, « au moyen de panneaux de Kalwall », indique Fabrice Manté, directeur régional de l’agence Bordeaux Nouvelle-Aquitaine. Celle-ci abrite la salle de dégustation, face à la place principale du village. Dans le respect de la convivialité et de l’art de vivre.

En savoir plus sur la réalisation

Photos : Gabriel Guibert Photography

Portraits

BPM Architectes

Compagnons de route de la première heure, Arnaud Boulain, Delphine Pirrovani et Loïc Mazières ont créé BPM Architectes en 2003, peu après l’obtention de leur diplôme à l’École nationale d’architecture de Bordeaux. Leur intérêt précoce pour les programmes vinicoles doit beaucoup à l’architecte Bernard Mazières, un autre grand spécialiste du monde du vin, père de Loïc Mazières et ancien employeur d’Arnaud Boulain dans le cadre du suivi de chantier du château Lilian Ladouys, à Saint-Estèphe.L’atelier BPM compte désormais une vingtaine de chais prestigieux à son actif, au premier rang desquels se distinguent les châteaux Angélus, L’Évangile et Beychevelle. « Les propriétaires de domaine apprécient notre capacité à proposer des solutions ingénieuses. Nous sommes l’une des rares agences à aimer et placer le process au centre du projet », explique Arnaud Boulain.L’activité de l’atelier (une quarantaine de collaborateurs) s’est considérablement élargie ces dernières années. En dehors du logement, les architectes de BPM travaillent sur des programmes d’équipement public (crèches, groupes scolaires), l’industrie, le tertiaire et l’hôtellerie. En veillant à ne pas oublier de ce qui les a construits : « Nous sommes des artisans. Le vrai luxe, c’est de concevoir des projets sur mesure. »

Pei Partnership Architects

Co-fondateur de Pei Partnership Architects, Didi Pei a passé les 20 premières années à travailler aux côtés de son père, Ieoh Ming Pei. Il a ainsi contribué à des projets majeurs comme celui du Louvre. Il est aujourd’hui mondialement connu pour ses nombreuses réalisations. Parmi elles, on peut notamment citer la Bibliothèque d’État de Guanajuato à León au Mexique, le Parc du Musée des Arts Islamiques à Doha, ou encore le Musée des Six Dynasties en Chine.