Olivia, Chargée d'affaires

Olivia est Chargée d’affaires chez SOPREMA Entreprises

et vous parle de son métier !

Femme de terrain, elle n’a pas peur de mettre la main à la pâte et bénéficie d’une grande diversité de missions dans la fonction qu’elle occupe.

Témoignage

« Le milieu étant très masculin, cela peut être impressionnant les premières fois, lorsque l’on se présente à certaines réunions de chantier et qu’il n’y a que des hommes. Sauf quelques rares exceptions, les interlocuteurs sont bienveillants. »

Olivia Gasparini, Chargée d'affaires

Quelle sont tes missions ?

J’ai la chance de réaliser un « Tour de France » au sein de SOPREMA Entreprises : en immersion au sein de plusieurs agences du réseau depuis bientôt un an, mes missions varient selon l’organisation de chaque entité et le rôle qui m’est confié au sein de cette dernière. Relation client, organisation de chantier, gestion des équipes, prévention sécurité ou accompagnement des conducteurs de travaux : mes missions sont variées et j’apprends beaucoup ! Le principe du Tour de France est très enrichissant, j’emmagasine un maximum d’informations.

Quel est ton parcours ?

Après avoir suivi un cursus spécialisé dans l’enveloppe du bâtiment, j’ai été recrutée chez SOPREMA Entreprises en octobre 2020 en tant que Chargée d’affaires.

  • 2021 – Tour de France SOPREMA Entreprises : Lille, Bayonne, Pau, Le Mans
  • 2020 – Embauche chez SOPREMA Entreprises en tant que Chargée d’affaires
  • 2020 – Diplômée en tant qu’ingénieure
  • 2017– Formation en alternance de l’Ecole d’ingénieurs BTP à Angoulême
  • 2017– BTS Enveloppe du bâtiment, façades et étanchéité à Anglet
  • 2015 – Bac pro Technicien d’Etude du Bâtiment Assistant en Architecture à Blanquefort

Quel chantier t’a le plus marquée ?

Mon tout premier chantier chez SOPREMA Entreprises : la réalisation d’un revêtement acoustique en étanchéité liquide à Jeumont. D’un point de vue technique, c’était également ma première application de résine : un vrai challenge pour moi ! Délais courts, contraintes de mises en œuvre, j’appréhendais mais tout s’est très bien déroulé, et je suis reconnaissante de la confiance que l’on m’a accordée pour réaliser ce tout premier chantier en autonomie.

Être une femme dans le BTP, comment le vis-tu ?

Le milieu étant très masculin, cela peut être impressionnant les premières fois, lorsque l’on se présente à certaines réunions de chantier et qu’il n’y a que des hommes. Avec l’expérience, on prend confiance et l’on s’affirme. Sauf quelques rares exceptions, les interlocuteurs sont bienveillants, parfois simplement surpris. Certains hommes veulent m’aider lorsque la tâche est plus physique : cela part d’une bonne intention, mais je n’ai pas peur de me salir les mains !

Chez SOPREMA Entreprises, je n’ai ressenti aucune différence de traitement entre les hommes et les femmes. J’ai été très bien accueillie au sein des différentes agences que j’ai pu intégrer jusqu’alors.

De manière générale, la tendance évolue, les mentalités changent. Même si les femmes doivent toujours faire leurs preuves, peut-être redoubler d’efforts pour être prises au sérieux et montrer de quoi elles sont capables, elles sont de plus en plus présentes dans le BTP et force est de constater qu’elles sont tout autant légitimes que les hommes.

Es-tu engagée pour la féminisation du secteur ?

Je m’intéresse, de manière générale, à la féminisation des secteurs d’activité car à mon sens, il n’y a pas de métiers « pour hommes » ou « pour femmes ». Je me réjouis de constater que les succès professionnels des femmes sont nombreux, dans différents domaines et sur différents métiers : il est important de le rappeler et de les mettre en lumière !

Un message à adresser aux jeunes femmes qui pourraient te lire ?

Nous sommes toutes (et tous !) passés par là : douter, avoir peur et ne pas se faire confiance, notamment au début. Le manque d’expérience y est pour beaucoup, et nos craintes ne doivent pas nous empêcher de nous lancer. Jetez-vous à l’eau, prouvez de quoi vous êtes capables et surtout, faites ce que vous aimez ! Les opportunités sont nombreuses et il serait vraiment dommage de s’en priver, notamment en se mettant nous-même des barrières.