fbpx

Nicolas, Technicien Bureau d'Etudes

Nicolas est Technicien Bureau d’Etudes chez SOPREMA ENTREPRISES

et vous parle de son métier !

Passionnant, enrichissant, diversifié, responsabilisant, important, autonome, rigoureux, réactif …tant d’adjectifs qui définissent la fonction de Technicien Bureau d’Etudes chez SOPREMA ENTREPRISES !

Témoignage

« Quand on a une accumulation de dossiers, il faut avoir l’esprit clair pour ne pas faire d’erreurs, mais c’est un challenge ! »

Nicolas Nerdeux, Technicien méthode

Mes missions

J’élabore les études techniques d’un projet de construction, dans le respect des normes DTU, de sécurité, de qualité et d’environnement. Je dois faire preuve d’une grande rigueur dans mes plans, mes notes de calculs et mes approvisionnements matériaux.

 

Mes qualités

  • S’adapter rapidement à des chantiers variés
  • Connaissances approfondies de logiciels CAO/DAO
  • Aisance relationnelle et aptitude à la communication

Mon parcours

Arrivé chez SOPREMA Entreprises en 2012 en tant que Technicien Méthode, j’ai eu l’opportunité d’évoluer en interne et occupe aujourd’hui le poste de Responsable Bureau d’Etudes Enveloppe (Couverture / Etanchéité / Bardage) au sein de la filiale SOTEBA RSR.

Photos de Nicolas

Exemples de réalisations sur lesquelles a travaillé Nicolas :

 

Témoignages d'autres collaborateurs en bureaux d'études

J’interviens en phase avant-projet et en exécution. Quand je reçois le dossier de consultation, j’élabore plusieurs hypothèses et suis force de proposition. Je pré-dimensionne pour donner un poids de structure afin de métrer et indiquer un prix au client. J’ajuste mes propositions de variantes avec l’atelier de production qui est justeà côté. Pour les structures en treillis, par exemple, je sais que nos machines débitent très vite et je fais mes calculs en fonction. De fait, on peut rassurer le client dès le départ en lui disant que toutes les hypothèses seront applicables et qu’on peut gérer le projet aussi bien en études qu’en fabrication. C’est un vrai plus. J’apprécie d’interagir avec les dessinateurs. C’est important d’être à l’écoute, on s’apporte des idées mutuellement, on apprend de collègues plus expérimentés. Et comme on travaille les uns à côté des autres, c’est très fluide. Je pense pourquoi pas d’ici quelque temps m’orienter vers le suivi d’affaires pour avoir une vue d’ensemble des projets. .

Margaux Foussier, ingénieure calculs chez PL Maître

Il faut toujours être au fait des réglementations et de leurs évolutions – DTU, désenfumage, etc. –, notamment pour ne pas être retoqué par le bureau de contrôle. Nous sommes formés régulièrement sur ces sujets. Il n’est d’ailleurs pas rare que des BE externes nous demandent des infos sur les derniers DTU. De plus, nous savons faire des études sur certains chantiers spécifiques, comme le solaire, une expertise qui nous est propre. Autre avantage, une grande agilité : nous avons toute une équipe qui assure la gestion des projets. Donc si une personne doit s’absenter, aucun problème, les autres prennent le relais. Notre travail demande beaucoup de rigueur, de cadre… Et ça tombe bien, j’aime ça. On ne peut pas risquer qu’un chantier s’arrête parce qu’on a mal dimensionné. Nous n’avons pas droit à l’erreur.

Luc Troude, dessinateur projeteur enveloppe, Agence Paris Acier

Après mon Bac Pro de technicien constructeur bois, je suis entré en apprentissage chez Charpentes Fournier. Aujourd’hui, je suis en 2e année de BTS systèmes constructifs bois et habitat – SCBH – au sein du bureau d’études. J’adapte mes dessins en fonction des moyens techniques disponibles en atelier. Un BE externe n’a pas forcément cette connaissance, d’où parfois des fins de découpes à la tronçonneuse par manque de précision des études. À l’inverse, moi je suis en relation directe avec le chef d’atelier. À sa demande, je peux ajouter une cote à certains endroits, si nécessaire. En un coup de fil, c’est réglé, on gagne en réactivité. J’ai récemment travaillé pour les 6 bâtiments du lycée Saint-François d’Assise de La-Roche-sur-Yon, notamment sur l’Aumônerie. Sa conception inhabituelle en forme de dôme en 8 demi-arcs a constitué un vrai challenge. Ce chantier a ainsi nécessité beaucoup de temps en études et dessins afin d’être à la hauteur de ce défi technique. Chercher des solutions sur mesure pour ce type de projets complexe est très stimulant.

Benoît Micheneau, dessinateur charpente chez Charpentes Fournier