fbpx

Bureaux d’études intégrés : un maillon clé

Qu’il s’agisse de charpente ou d’enveloppe, le bureau d’études constitue une expertise stratégique au service des projets. Intégré dans les agences SOPREMA Entreprises, il facilite les échanges entre les parties prenantes et permet de gagner en réactivité et productivité.

Que ce soit en amont lors des appels d’offres ou en phase étude d’exécution avant travaux, les BE mettent leur expertise pointue au service des maîtres d’œuvre et d’ouvrage. Lors de la réponse à une consultation, le BE analyse les pièces écrites, fait les demandes de prix de matériaux, réalise les métrés et le devis. Pour enrichir cette étude, un mémoire technique détaillé vient compléter notre offre. « Il faut savoir comprendre les contraintes architecturales et techniques et réaliser les variantes pertinentes pour proposer la meilleure offre », insiste Joël Rémy, directeur de l’agence SOPREMA Entreprises de Montpellier. Une fois l’affaire gagnée, sur les projets relatifs à l’enveloppe des bâtiments, une réunion de transfert est organisée, en présence du conducteur de travaux et du chef de secteur, durant laquelle le chargé d’affaires passe le flambeau au BE, et notamment au préparateur et aux dessinateurs. La préparation s’effectue généralement en 6 étapes : descente de charges, pré-dimensionnement, carnet de détail constructif pour les gros œuvres, analyse du plan de structure, plan de calepinage et commandes. Côté charpente, ce sont les ingénieurs calculs et dessinateurs qui entrent en scène et planifient les interventions : le calcul de structure, notamment avec le logiciel Robot permet par exemple de faire les simulations de charges et d’affiner les sections de profils. Ensuite, la note de calcul est transmise aux dessinateurs pour l’exécution du plan d’implantation et d’ensemble ainsi que la modélisation 3D de la structure métallique. Le tout est transmis à l’architecte et au bureau de contrôle pour validation. Une fois l’accord obtenu, le dessinateur lance le traçage éléments numérique et papier servant à la fabrication en atelier. Puis le BE prépare les plans de montage pour le chantier ainsi que la liste de la boulonnerie et quincaillerie nécessaires pour le bon déroulement du chantier.

 

Photo : G. Perret

 

UN RÔLE PIVOT

« La précision des études est essentielle. Si elles sont mal faites, il peut vite y avoir un effet boule de neige et des répercussions à plusieurs niveaux : des soucis de fabrication en atelier, des problèmes de pose sur le chantier, etc. D’où un besoin de grande rigueur, une capacité à avoir une vue d’ensemble, à se projeter et anticiper », explique Morgan Douillard, directeur du BE de GH. Sans oublier beaucoup de curiosité et une excellente connaissance des normes et réglementations qui évoluent très vite. Pour rester à la page, les équipes BE sont toujours en veille, partagent leurs connaissances et organisent régulièrement des micro-formations pour toute l’équipe, tant sur un nouveau logiciel de dessin que sur des réglementations, DTU ou autre.

DES SYNERGIES EN INTERNE POUR PLUS DE RÉACTIVITÉ CLIENT

Côté charpente, comme côté enveloppe, le lien avec les acteurs internes est essentiel, que ce soit le chargé d’affaires ou le conducteur de travaux qui va entrer en piste une fois que le BE aura terminé sa mission. De la fluidité de ces échanges et de nos synergies internes dépendent la réactivité auprès des donneurs d’ordre et un travail facilité pour les équipes Travaux. « Nous profitons de l’expertise de chacun, favorisons le partage d’idées et d’informations. Nous sommes ainsi toujours en lien avec le conducteur de travaux pendant la préparation, partageons les synthèses techniques avec les autres métiers et développons les synergies avec les agences, avec les ateliers de fabrication… », insiste Morgan Douillard.« Cette expertise BE interne, couplée à une bonne communication entre tous les acteurs, constitue une vraie valeur ajoutée pour le client. Nous conjuguons nos forces et combinons nos métiers pour mieux anticiper, gagner du temps et être plus réactif vis-à-vis du client », complète Joël Remy.

 

Photo : G. Perret

 

TRANSMETTRE ET ACCOMPAGNER SUR LE LONG TERME

L’arrivée de la 3D a redessiné les contours des BE et offert de nouvelles opportunités. Il sera ainsi plus facile de détecter certains problèmes en amont pour éviter de les découvrir une fois les travaux commencés. Engagée dans une dynamique d’innovation permanente, GH est en train de développer le relevé des cotes par scanner sur les chantiers. De quoi gagner en rapidité, fiabilité, exhaustivité et donner une meilleure visualisation. « Le BIM et la 3D rebattent les cartes. À l’instar du métier de dessinateur qui se transforme pour aller vers davantage de conception. On dessinera moins car tous les plans issus de la maquette numérique 3D seront générés de manière automatisée. Si on bouge une porte, par exemple, tous les plans seront mis à jour, pas besoin de les redessiner. Une belle avancée synonyme de gain de temps et de productivité mais aussi d’adaptation des compétences. C’est un grand virage et nous sommes là pour accompagner les équipes dans ces évolutions », conclut Serge Goll, directeur de la cellule CAO/DAO.

 

Photo : G. Perret

 

Chiffres clés

100% des sites travaux intègrent une équipe bureau d’études

1 cellule dédiée au siège pour former les équipes

100 jours de formation aux outils CAO et DAO pour les équipes

 


FOCUS
UNE CELLULE DÉDIÉE À LA FORMATION CAO/DAO

Afin de répondre aux besoins en CAO / DAO grandissants en agence, SOPREMA Entreprises a créé une cellule dédiée aux bureaux d’études depuis une vingtaine d’années. À sa tête, Serge Goll, issu du monde industriel, qui a intégré au logiciel de calcul intelligent TopSolid des modules spécifiques, répondant aux besoins des métiers de SOPREMA Entreprises. « Cet outil « augmenté » et personnalisé concentre toute l’expertise bureau d’études du Groupe. Chacun dispose des mêmes process, a accès à la même information. Plus facile à utiliser et convivial que la version originale, il constitue un avantage concurrentiel », souligne-t-il. Les dessinateurs s’en servent, par exemple pour tous leurs calepinages, et peuvent génère une nomenclature de matériaux en quelques clics ou encore effectuer un calcul de taux de chute de parement de façade très rapidement. Un gain de temps précieux ! Et les conducteurs de travaux l’utilisent aussi, pour les carnets de détails et certains croquis qu’ils peuvent faire en toute autonomie. Outre l’enrichissement de l’outil en continu grâce aux retours utilisateurs des BE, notamment avec un fonds de près de 1 200 croquis de détail préexistants et facilement adaptables, la cellule délivre également des formations au personnel des bureaux d’études : base graphique, calepinage de panneaux bardage et couverture, calepinage de dalles sur plots, façade rapportée, plans de réservation béton, bibliothèque personnelle – fonds de croquis –, soit un cumul d’une centaine de jours de formation par an. En plus d’une hot-line assistant plus de 250 personnes au quotidien, elle accompagne aussi les agences ponctuellement, sur des chantiers complexes en lien avec des cellules de synthèses informatiques par exemple, comme ce fut le cas pour l’usine PlacoPlâtre à Vaujours, à l’époque le plus gros chantier d’Europe. Aujourd’hui, Serge Goll travaille à la déclinaison 3D de l’outil pour être en phase avec le BIM.


En savoir plus sur nos équipes